Histoires et récits en clinique institutionnelle

30.00 70.00 

Totalité des conférences en audio ou vidéo

Effacer

Description

Histoires et récits en clinique institutionnelle : colloque de la Revue Cliniques le 23 septembre 2022

Depuis toujours les gens se racontent des histoires pour tenter de donner du sens aux énigmes de l’existence : de l’énigme des origines aux différences entre les êtres et à la finitude du temps. C’était la fonction originelle des mythes, contes et légendes de tradition orale : construire, imaginer et transmettre des récits au fil des générations sont autant de possibles réponses aux questions existentielles. Témoigner des événements passés et de son histoire invite aussi l’humanité à ne pas reproduire les mêmes événements malheureux. Et c’est un des intérêts du processus réflexif de la psychothérapie : en revenant sur son histoire, le sujet éclaire peu à peu les pièges de la répétition. En outre la trame du récit n’est jamais bâtie une fois pour toutes, elle se construit et se déconstruit tout au long d’une thérapie, tout au long de la vie.
La mise en récit de l’histoire du sujet est consubstantielle des pratiques de soins. Elle lie le sensoriel, le perceptif, le langage et l’affect, elle organise notre rapport au temps en contribuant à la création d’un passé selon la belle formule d’Aulagnier1 . Mettre en récit, en d’autres termes créer une intrigue, sollicite un travail psychique qui forme des liens de causalité cohérents et une trame temporelle repérable, qui tient ensemble des morceaux
de vie qui sinon demeureraient une juxtaposition événementielle brute sans signification particulière. La narrativité construit l’identité du sujet, « et nous sommes les histoires que nous racontons sur notre histoire » comme Paul Ricœur proposait de le penser. Pour autant, le processus de mise en récit ne se résume pas à la seule construction identitaire.
La question « qui suis-je ? » rencontre toujours à un moment la question plus ou moins formulée : « de qui suis-je ? ». Mettre en récit son histoire ramène toujours à l’originaire et aux fantasmes inconscients qui lui sont adjoints.
L’acte narratif permet de lier l’excitation pulsionnelle et de se dégager des vécus traumatiques. « Les histoires apprivoisent le temps, domestiquent l’inattendu et permettent de transformer ce dernier en événement et non en traumatisme, l’événement faisant progresser le récit tandis que le traumatisme le rompt » 3 . L’acte narratif engendre la réflexivité, un écart par rapport à soi et réinstaure de l’altérité puisqu’un récit ne vaut que
d’être adressé à un autre que soi, étant entendu que cet autre peut être un autre en soi ou soi comme autre.
La clinique institutionnelle constitue presque toujours un moment de reprise et de mise en forme des histoires de vie de chacun. Pour cela, elle doit imaginer toutes sortes de dispositifs et de médiations pour s’adapter aux difficultés et aux résistances inconscientes.
Encore faut-il que l’institution soit à même de se relier à son histoire, de se raconter, de transmettre ce qui la fonde et ce qui l’anime.
PROGRAMME

9h00 – 10h00
OUVERTURE : Catherine Ducarre
CONFERENCE INTRODUCTIVE :  Au cœur du récit. Charlotte Perrin-Costantino

Aux origines du récit
Table ronde présidée par Marine Merrien – Discutant : Philippe Robert
• La cosmogonie au secours des illettrés. serge Boimare
• Fondation, refondation et désorganisation : quelle mythologie ? Christophe Bittolo

11h45 – 13h00
une histoire en quête de traducteur
Table ronde présidée par Mariane Veilleux – Discutant : Vassilis Kapsambelis
• Le protolangage de l’addiction. Elodie Marchin et Pierre Gaudriault
• Se raconter dans le manque. Catherine fourques

14h30 – 16h15
se raconter autrement
Table ronde présidée par Anaïs Devaux – Discutante : Alain Braconnier
• Quand la parole est gelée : accompagnement psychanalytique bref de la crise.
Christophe ferveur
• Parlez-vous psychodrame ? Alexandre Morel
• L’écriture, demeure de l’intime. nayla Chidiac

16h45 – 18h00
Histoire à trous
Table ronde présidée par Maud Sergent – Discutante : Amélie de Cazanove
• Groupe conte et remaillage des enveloppes psychiques. Bernard Chouvier
• Rupture et transmission après une catastrophe collective : le besoin de tiers.
Régine Waintrater

18h00  CONCLUSION : C. Ducarre

Colloque enregistré par Congrès Minute

Articles similaires ou complémentaires …