Le populisme au regard de la psychanalyse

30.00 40.00 

Enregistrement audio des conférences

Effacer

Description

Le populisme au regard de la psychanalyse: Colloque organisé par Psycha 31 et la Fondation Européenne de la Psychanalyse le  24 mars 2018 à Toulouse

Chaque époque de crise dans la civilisation voit réapparaître une résurgence de mouvements nationalistes et populistes. Face à un extérieur devenant hostile et menaçant, une réaction de masse, de fermeture et de repli s’impose toujours face à un Autre devenant plus étranger. La civilisation n’est jamais à l’abri de phénomènes de recul et de régression, dit Freud dans Le Malaise dans la civilisation, risquant lors de circonstances particulières, de libérer des énergies psychiques contraires à la contention de l’agressivité, dévoilant alors « l’être humain comme une bête sauvage, ignorant le souci d’épargner sa propre espèce »[1].

La psychanalyse s’est développée à Vienne au début du XX° siècle, dans cette capitale d’avant-garde de la Mitteleuropa, qui aurait pu devenir, comme le dit l’historien Jacques le Rider, la capitale d’états unis de l’Europe centrale danubienne, si l’engrenage du nationalisme n’avait pas entrainé l’Autriche-Hongrie à sa perte. Ces mouvements psychiques de masse qui se développent actuellement en France, en Europe et dans le monde, n’ont pas l’effet de protection qu’ils prétendent. Ils seraient plutôt à entendre comme régression dans le processus de civilisation par la mise en place de mécanismes de défense de type maniaque, comme l’avait bien décrit Melanie Klein, de clivage, déni, rejet et toute-puissance, alimentant cette « civilisation de la haine » dénoncée par Lacan dans son séminaire L’éthique de la psychanalyse. La période historique actuelle nous confronte à une nouvelle répétition et à de nouveaux défis pour lesquels, la psychanalyse, dans sa lecture des processus inconscients, peut aider à penser le réel d’un politique dont chaque « retour » nécessite de nouvelles réponses.

PROGRAMME

• 9h00 : Ouverture : Monique LAURET-Président de séance : Roland CHEMAMA
• 9h30-10h00 : Graziella BARAVALLE : Le populisme : un masque
• 10h00-10h30 : Monique LAURET : Le « patisch » populiste
• 10h30-11h : Marcello EDWARDS : On bat les travailleurs
• 11h15-11h45 : Marie-Jean SAURET (APJL) : De la prédation
• 11h45 -12h15 : Gérard POMMIER : L’amour du père par devant et par derrière.
• 12h15-12h45 : Discussion- Hélène GODEFROY, Jean-Michel Hirt (APF)

• 14h30 : Reprise
Présidente de séance : Brigitte DOLLEMONGLOND (IV° Groupe)
• 14h45-15h15 : Roland CHEMAMA : Les populismes et l’état de détresse
• 15h15-15h45 : Christian HOFFMANN : La politique des affects et la question de la vulnérabilité individuelle et collective
• 15h45-16h15 : Claude D. RATH : Le peuple en psychanalyse
• 16h30-17h : Cristina JARQUE : Les réflexions sur le pouvoir du peuple
• 16h30-17h00 : GORANA BULAT-MANENTI : Les préjugés techniques et théoriques dans le monde analytique
• 17h00-17h30 : Discussion-Sophy CAMACHO, Marc LANTIER (Ecole Freudienne)
CONCLUSIONS

TELECHARGER LE PROGRAMME EN PDF

journée enregistrée par CONGRES MINUTE

 

Articles similaires ou complémentaires …