l’accueil de «l’infans» dans l’adulte

30.00 40.00 

Enregistrement audio des conférences.

Effacer

Description

l’accueil de «l’infans» dans l’adulte :  3ème Journée du cycle Sandor Férenczi organisée par le 4ème groupe le 11 décembre 2021

Cette troisième journée autour de la contribution de Ferenczi à la construction de la métapsychologie psychanalytique soutenue par son constant dialogue avec Freud va cette fois se centrer sur l’attention portée à «l’infans» dans l’adulte.

Grâce au travail incessant de Judith Dupont et de l’équipe du Coq-Héron, nous avons eu accès à l’intégralité de la traduction de l’œuvre de Sàndor Ferenczi. Nous avons ainsi pu prendre la mesure de son acharnement à remettre sans cesse sur le métier la technique analytique au service des patients dits difficiles, ouvrant la voie à la nécessité de l’analyse de l’analyste, à l’analyse du contre-transfert. Mais aussi de son constant dialogue avec Freud, dans sa fécondité et ses vicissitudes. Cela a fait l’objet de la première journée de ce cycle, en février 2018

En novembre 2019, la seconde journée de ce cycle, en novembre 2019, nous a donné l’occasion de saisir comment Ferenczi a posé les bases, mises au travail par de nombreux psychanalystes, d’un questionnement métapsychologique renouvelé par la confrontation de la clinique à des problématiques non névrotiques.

Pour cette troisième journée, c’est autour de trois textes fondamentaux de Ferenczi – «L’adaptation de la famille à l’enfant» (1927), «L’enfant mal accueilli et sa pulsion de mort» (1929), «Analyses d’enfants avec des adultes» (1931)– que nous vous proposons de mettre notre clinique à l’épreuve de l’infans dans l’adulte, et non plus seulement de l’enfant dans l’adulte. Comment et où, avec le transfert des patients adultes, sommes-nous convoqués par la présence sensible de l’infans, en état de dépendance vitale, incapable de s’aider? Comment entendre cet «infans», en deçà du dire, dans notre attention à «l’être-corps» de nos patients?

Au-delà de la question du trauma, Ferenczi, dans son dialogue permanent et parfois difficile avec Freud, nous amène sur ce chemin fondamental de l’acte analytique. Lequel ne peut être pleinement interrogé qu’à «accueillir» le dialogue Freud Ferenczi comme l’œuvre d’un «couple fondateur», pour reprendre la formule de Monique Schneider en 1988. Nous sommes tous héritiers de ce débat heuristique et stimulant entre Freud et Ferenczi.

C’est dans ce sens que s’inscrit notre choix de solliciter des analystes peu ou prou familiarisés avec l’œuvre ferenczienne. Nous remercions chacun d’avoir accepté de prendre le risque de nous faire partager la façon dont la lecture de ces trois textes vient faire résonance avec leur clinique et interpeller leur propre métapsychologie. Dans cet esprit, les temps de discussion avec l’assemblée seront privilégiés.

Programme :

Matinée présidée par Evelyne Gosse Oudard

9 h 30: Introduction de la journée par Evelyne Gosse Oudard
9 h 40: « Souvenirs de Sàndor Ferenczi par l’écrivain Dezsö Kosztolànyi » : Michelle Moreau Ricaud

Table ronde à partir de trois textes proposés, animée par Georges Gaillard et Evelyne Gosse Oudard
10 h 00: intervention de Diane Siraudeau
Discussions
10 h 30: Pause
10 h 45: intervention de Christophe Matha
Discussions
11 h 15: intervention d‘Isabelle Mayeux
Discussions
11 h 45: Discussion générale
12 h 15: Fin de la matinée.

Après-midi présidé par Michelle Moreau Ricaud

14 h: Janine Filloux « Interpréter l’enfance ? »
Discussion ouverte par Jean-François Chiantaretto
15 h pause
15 h 15: François Villa « Une première fois pour la répétition »
Discussion ouverte par Pierrette Laurent
16 h 15: Robert Colin « En même temps »
Discussion ouverte par Georges Gaillard
17 h: Discussion en guise de conclusion – Pierrette Laurent et Jean-François Chiantaretto.
Fin de la journée: « Conclusions et perspectives » par le secrétariat scientifique

Journée enregistrée par CONGRES MINUTE

Articles similaires ou complémentaires …